Les coups de coeur de Pierre L… épisode 4

Treme  série en 4 saisons

Ou comment concilier musique, cuisine, carnaval et vivre ensemble. Treme, c’est un quartier de la Nouvelle Orléans, celui d’où serait né le jazz. Treme, c’est une série de David Simon et Eric Overmeyer.

 Treme, c’est l’histoire de la reconstruction d’une ville après le passage de l’ouragan Katrina. Treme, c’est des scènes de concerts dans chaque épisode. C’est l’histoire d’Antoine Baptiste, tromboniste, de DJ Davis Mc Alary, DJ animateur radio sur WWOZ, de Janette Desautel, cheffe cuisinière, de Delmond et Albert Lambreaux, père et fils. C’est l’histoire de bien d’autres encore. Sans compter toutes les stars locales et internationales qui font une apparition. Treme, c’est une fiction inspirée de faits réels, c’est une série politique sur le manque d’implication d’un gouvernement, sur la corruption. Treme, c’est aussi se questionner sur ce qui fait l’identité d’une ville, ce qui compose sa culture. Reconstruire une ville, c’est plus que réparer, réhabiliter des immeubles, bâtiments, maisons. Treme, c’est goûter la cuisine créole en écoutant les meilleurs brass band, c’est découvrir le carnaval cajun, c’est voir qu’une ville créé son histoire dans un vrai brassage culturel, et c’est ce qui fait sa force, son charme.

Une ville pour laquelle le carnaval est si important dans la vie des gens, c’est forcément une ville qui nous parle, dont on se sent proche.

Treme nous parle à la fois d’une histoire locale et de quelque chose de profondément universel. On suit l’histoire individuelle des personnages, leur quotidien, leur joie, leur colère, leur inquiétude, on se retrouve dans certains d’entre eux, on suit l’histoire collective de la ville, ses moments clés, on suit son actualité économique et politique.

Une série rappelant à quel point les bars, les concerts, la fête, la cuisine, les rencontres sont essentielles, comment passer à côté ?

J’aurais aimé faire la liste des musiciens, groupes, chanteurs et chanteuses que l’on écoute jouer dans les bars mais il faudrait trop de place. En voici quand même quelques-uns : Doctor John, le Hot 8 brass band, le Dirty Dozen Brass Band, the Galactics, Kermit Ruffins (lui meriterait un article), Pine Leaf Boys, Coco Robicheaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s